Vayéra 5775 – n°123

Notre maître le Rav Shakh
Notre maître le Rav Shakh

La paracha de la semaine relate l’événement de la destruction de Sdom vaAmora : Sodome et Gomorrhe.

Avraham Avinou « négocie » avec Hakadosh Baroukh Hou pour qu’il ne détruise pas cette ville. Il demanda de l’épargner si au moins cinquante justes y vivaient. Hachem accepta. Puis Avraham Avinou continua à « descendre le prix » : 45 tsadikim puis 40, 30, 20 et finalement Hachem lui promit de sauver la ville si au moins 10 justes y résidaient.

Une question se pose : pourquoi Avraham Avinou s’est-il battu pour sauver une ville remplie de mécréants se distinguant par leurs mauvaises meurs ?

La réponse communément donnée est qu’Avraham était le pilier du Héssèd (miséricorde) dans ce monde. Il voulut donc appliquer ses principes pour sauver même dix justes, quand bien même le prix à payer est d’épargner une grande quantité de mécréants.

Notre maître le Rav Shakh (dont c’est la azkara dimanche) fournit une explication plus profonde. Avraham Avinou était certes le pilier du Héssèd dans ce monde. Mais il n’était pas pour autant un vendeur de Héssèd ambulant. Il ne bradait pas ses valeurs pour le Héssèd. Il était chargé de dévoiler la miséricorde divine dans ce monde. Et puisqu’il était cette référence, il eut le droit « d’imposer » à Hakadosh Baroukh Hou de dévoiler Son attribut de bonté même dans une ville de mécréants !

Une personne ayant acquis à 100% une bonne mida pourra donc lorsqu’il le désirera réclamer à Hachem de se comporter tel quel !

Laisser un commentaire