Houkat 5773 – n°55

poniovitchIl est écrit dans la paracha : « C’est la loi de la Thora : lorsqu’un homme meurt dans la tente ». La Guémara (Brakhot 63b) déduit de ce verset : « la Thora ne perdure que chez celui qui se tue à son étude« .

Nous devons donc comprendre quelle doit être notre relation avec la Thora, et avec Hachem qui nous l’a donnée.

Dans le Chéma Israël, nous disons : « Tu enseigneras la Thora à tes fils ». Rachi explique : « les fils, ce sont les élèves« . Par ailleurs, il est écrit : « Pour Hachem, vous êtes considérés comme ses enfants ». Nous voyons de là que le lien qui nous unit à Hachem est un lien de parent à enfant, c’est-à-dire de maître à élève, comme l’enseigne Rachi. En effet, nous nous sommes tous tenus sur le Har Sinaï pour recevoir la Thora, et c’est uniquement la Thora qui nous lie à Hachem. De même, nous prions 3 fois par jour : « Ramènes-nous à ta Thora, et rapproches-nous de ton service », c’est-à-dire que notre rôle est de revenir à l’étude de la Thora, à un niveau de proximité avec Hachem comparable à celui atteint lors du don de la Thora.

Ainsi lorsqu’une personne se rend à un cours de Thora, elle recrée le lien indéfectible entre Celui qui a donné la Thora et celui qui l’a reçue. Pendant ce chiour, le monde continue d’exister et par son mérite ne disparaît pas, comme le dit le prophète Jérémie : « Sans l’étude de la Thora jour et nuit, je ne reconduirais pas la création du Ciel et de la Terre« .

Ainsi, ceux qui se sacrifient nuit et jour à approfondir la Thora, en particulier les Bné Thora qui étudient dans les Yéchivot Kdoshot et dans les Collelim, ont un mérite spécial, car ils perpétuent le renouvellement continu de la Création du Monde. A l’inverse, malheureusement, certains agneaux se sont éloignés du troupeau et de leur berger, et ont complètement rejeté le joug divin, et se rebellent donc contre leur propre Père. Ils ont coupé le lien qui les unit à leur Père, et encore plus grave, sont entrés en guerre ouverte contre leur Père, afin d’également séparer leurs frères de Lui, qui eux, ont perpétué depuis plus de 3000 ans cette relation privilégiée.

Il faut être conscient, que ce n’est pas seulement le Monde de la Thora, qui est menacé, mais bien toute l’Humanité. Il convient donc que chacun d’entre nous renforce le lien qui l’unit à son Père, et ainsi s’accomplira la promesse divine : « Mes paroles (la Thora) ne disparaîtront ni de ta bouche, ni de celles de tes enfants, ni de celles de toute ta descendance, éternellement.

Laisser un commentaire