Bo 5773 – n°34

בא

La paracha se termine par le passage de « kadèsh li kol békhor » que chaque homme lit le matin avec les téfilin sur lui. La Thora cite la promesse d’Hachem d’amener le peuple d’Israël dans une terre où coule lait et le miel (Chemot 13,5).

La Thora et Eretz Israël sont deux des acquisitions qu’Hachem s’est octroyées dans ce monde. Le Hafets Haim explique que leur lien est comme celui de l’âme (la Thora) avec le corps (Eretz Israël) : l’âme seule ne peut survivre sans corps ; inversement, un corps dénué de néchama n’est qu’un vulgaire amas de poussière et de matière. Il a nécessairement besoin d’une âme pour fonctionner et se déplacer.

La néchama du Am Israël est la Thora et son corps est la terre d’Israël. L’âme ne peut vivre sans corps et toutes les mitsvot relatives à Eretz Israël (Terouma, Maasser, Chemita, Orla, …) ne peuvent être accomplies en Diaspora. Là-bàs, notre peuple n’a aucun statut, mais arrive à survivre. Mais Eretz Israël sans Thora n’est qu’une simple parcelle de sable, un corps sans âme.

Comme le précisait Rav Elhanan Wasserman (que D… venge son âme) : « nous avons survécu 1.800 ans en diaspora sans Eretz Israël, mais quelques années sans Thora même en Eretz Israël suffiraient à faire disparaître notre peuple ».

Laisser un commentaire