Bé’houkotaï 5778 – n°261

Rav Shmouel Rozovsi

La paracha Bé’houkotaï commence par l’ordre de « Im bé’houkotaï télékhou – אם בחוקותי תלכו ». Hachem nous promet que si nous « allons dans Ses lois », alors Il nous enverra toutes Ses bénédictions. Dans le cas contraire rh »l, les nombreuses malédictions énumérées dans la paracha  nous toucheront.

Rachi donne ici son fameux commentaire selon lequel « les lois » évoquées dans le verset font allusion à l’effort dans l’étude de la Thora. Ainsi, celui qui étudie la Thora sans y mettre toutes ses forces sera aussi à priori visé par les malédictions.

Une question saute aux yeux : d’où Rachi a tiré son explication ? Les lois (‘houkot) semblent plutôt faire référence à l’ensemble des mitsvot ? Pourquoi donc restreindre cette expression au labeur dans l’étude de la Thora ?

Le Rav Shmouel Rozovski répond que Rachi trouve sa source dans le verbe « télékhou – allez ». La marche a une connotation d’évolution et d’avancement. Un homme ne peut progresser dans sa avodat Hachem et ne pas rester le même que la veille qu’en s’efforçant dans l’étude de la Thora. S’il arrive à surmonter ses épreuves et son yetser hara et continue à étudier malgré les difficultés, avec un dur labeur, c’est le signe qu’il a choisi d’évoluer, de marcher et non de stagner ! Il n’étudie pas aujourd’hui avec la même décontraction que la veille mais il se remet chaque jour en question !

C’est exactement la définition d’un « ben alyia », c’est-à-dire d’un Homme qui veut se rapprocher chaque jour encore plus d’Hakadosh Baroukh Hou.

Puissions-nous nous donner à fond dans l’étude de la Thora, et recevoir ainsi les bénédictions inscrites dans notre paracha !

Laisser un commentaire