A’haré Mot 5778 – n°260

Le bouc émissaire

La paracha de la semaine décrit le service de Yom Kippour au Beth Hamikdash. Un de ses points centraux était les deux boucs. Un était sacrifié pour Hakadosh Baroukh Hou sur l’autel du Temple, et le second envoyé dans les montagnes pour être tué et expier les fautes du peuple : c’était le « bouc émissaire » !

La Guémara nous enseigne que ces deux boucs devaient absolument être identiques : même taille, même couleur, même prix et être choisi en même temps. Nous devons comprendre en quoi il était primordial que ces deux animaux soient identiques ? Ils n’ont à priori aucun rapport puisque le premier était sacrifié pour Hachem, alors que le second était envoyé à Azazel pour expier nos pêchés ! Leurs rôles étaient donc complètement opposés ! Pourquoi donc les choisir avec autant de ressemblances ?

La Thora veut en faire nous faire passer un message très important : les forces du Bien et du Mal sont toujours équivalentes ! C’est primordial pour que le libre arbitre soit respecté ! C’est aussi pourquoi dans notre génération il y a tant de yetser hara : vu que l’étude de la Thora grandit de jour en jour, et que les Bné Israël se rapprochent de plus en plus d’Hachem, les forces du mal doivent croître en conséquence ! Par exemple, les nouvelles technologies comme les smartphones sont extrêmement dangereuses, puisqu’elles procurent également de grands bénéfices !

L’Homme doit donc comprendre qu’il se trouve constamment devant deux voies différentes, et qu’il doit faire le bon choix !

Laisser un commentaire