Bamidbar 5773 – n° 50

Bamidbar

La parachat Bamidbar traite essentiellement du recensement des Bné Israël, tribu par tribu. En examinant les chiffres, on remarque qu’après la tribu de Yehouda, celle de Dan était la plus nombreuse (62.700 hommes de plus de vingt ans). A cet égard, le Talmud Yérouchalmi enseigne que la tribu de Dan était placée en queue de cortège, afin de pouvoir récupérer tous les objets perdus par le Am Israël sur le chemin.

Le Mashguiakh Rav Yékhézkèl Levinshteïn tire de là un grand enseignement. En effet, quelques générations auparavant, lors de la descente en Egypte, Binyamin avait déjà 10 garçons, et suivant les règles naturelles, sa tribu aurait dû être une des plus nombreuses. De même, Dan n’avait qu’un seul fils qui était sourd-muet. Les Sages nous enseignent même que Dan alla prier chez son père Yaakov Avinou, car il craignait de rester sans descendance, n’ayant qu’un seul fils, qui plus est avec une lourde pathologie.
Malgré cela, lors du dénombrement, la tribu de Binyamin était presque 2 fois moindre (35.400) que celle de Dan !

Le Rav Levinshteïn apprend d’ici qu’Hachem se tient aux côtés des faibles et des pauvres, qui n’ont personne d’autre que Lui sur qui s’appuyer, et délaisse ceux qui placent leurs espoirs en eux-mêmes. Il en fut de même avec Hanna, qui malgré sa stérilité, enfanta 5 fils et le prophète Chmouel. En effet, ce n’est pas la nature qui enfante, mais uniquement la volonté divine.

A ce sujet, le Hafets Haïm raconta qu’un Chabat, un juif pieux entra dans une synagogue et vit une personne inconnue prier à chaudes larmes. Lorsqu’il le questionna à ce sujet, il lui répondit : « J’ai une fille à marier, mais je n’en ai pas les moyens, et je ne peux donc pas l’aider. La seule chose qu’il me reste, c’est de prier, prier et encore prier« . L’autre lui répondit : « J’ai moi un fils empli de crainte du Ciel, et je n’ai également pas d’argent pour le marier. Organisons leur un chidoukh« . De cette union, descendront plusieurs géants de Thora, et entre autres Rav Arié Lèv HaCohen Hélèr, auteur du Ktsot haKhochèn !

L’Homme ne peut donc en aucun cas s’appuyer sur ses pensées et ses prévisions, Hachem est le Maître de tout et nous guide avec une providence exceptionnelle à chaque instant. Il « suffit » juste que nous placions tous nos espoirs en Lui !

Laisser un commentaire