Tsav 5775 – n°143

Rabbi Yaakov Abou'hassira
Rabbi Yaakov Abou’hassira

La paracha de la semaine continue dans l’énumération des règles des différents sacrifices. Il est notamment enseigné : « A l’endroit où est immolé l’holocauste (Ola – עולה), sera immolé le sacrifice expiatoire (‘Hatate – חטאת)« .

Plus qu’une simple localisation géographique, notre maître le vénéré Rabbi Yaakov Abou’hassira explique cet enseignement de la façon suivante.

Dans Kohélèt, la Néchama (l’âme) est surnommée Ola. Quand l’Homme faute, il crée malgré lui un ange destructeur. Son rôle sera de le faire encore fauter et de l’accuser devant Hakadosh Baroukh Hou. La seule solution pour l’Homme est de se repentir (téchouva) et ainsi de tuer cet ange accusateur.

Ainsi est l’allusion donnée par la Thora : « A l’endroit où est immolé l’holocauste (Ola – עולה), sera immolé le sacrifice expiatoire (‘Hatate – חטאת)« . Plutôt que de perdre son âme (Ola), il vaut mieux que l’Homme se repentisse et qu’il détruise les anges destructeurs créés par ses fautes (‘Hatate).

Rabénou Bé’hayé illustre cette idée par une parabole. Un homme était poursuivi par des brigands qui désiraient le tuer et lui prendre son sac de pièces d’or. Dans sa fuite, il se retrouva acculé devant un fleuve. Les bandits s’approchant, il n’avait pas d’autre choix que de tenter d' »assécher » le fleuve en lançant les pièces une par une. Au fur et à mesure qu’il vida son sac, le fleuve continuait de couler. Alors qu’il ne lui restait qu’une seule pièce, il vit une barque de fortune s’approcher et proposa à son propriétaire la fin de ses économies pour traverser le fleuve et sauver sa vie.

Une ridicule unique pièce a pu faire ce que n’ont pas fait toutes les pièces d’or jetées en vain dans le fleuve !

On tire de là l’enseignement suivant. L’Homme passe sa vie à disperser et gaspiller ses biens dans les méandres de la vie : manger, boire, désirs matériels … Et tout cela ne lui assurera aucune protection quand il devra rendre des comptes et se tenir en jugement devant le Créateur. Mais au dernier instant, une véritable téchouva et des sincères regrets le sauveront et lui assureront une place au Gan Edèn !

Laisser un commentaire