Vayikra 5775 – n°142

mizbeahNous commençons cette semaine le ‘Houmach Vayikra, qui traite principalement des lois des Korbanot (sacrifices).

Le Midrash raconte que quand Hachem donna la mitsva des sacrifices aux Bné Israël, les nations se rassemblèrent autour de Bilam et lui demanda pourquoi eux-même n’avaient pas la possibilité de réjouir Hakadash Baroukh Hou avec des sacrifices. Il leur répondit ainsi : « Idiots ! Le peuple juif qui a reçu la Thora a aussi reçu cette mitsva, mais vous n’avez pas reçu la Thora, donc vous n’avez également pas la possibilité d’offrir un sacrifice !« .

Ce Midrash pose problème : les goyim n’ont certes pas reçu la Thora, mais sont soumis aux 7 lois Noa’hides. Ils devraient donc aussi avoir la possibilité d’expier leurs fautes avec un sacrifice, au même titre que le peuple juif !

Expliquons cela à l’aide d’une parabole.

Un homme possédait une superbe coupe en verre, qu’il avait reçu en héritage de son père, qui lui-même en avait pris possession par ses ancêtres de génération en génération. Ce verre avait donc une grande valeur matérielle mais aussi sentimentale. Un jour, sa femme la brisa involontairement en nettoyant la maison. Nous lui aurons tous conseillé d’attendre son retour en lui préparant un plat que son mari aime, servi sur une belle table. Il est certain qu’il ne divorcera pas pour cela, mais autant l’amadouer pour que la pilule passe mieux.

Par contre, si cet homme avait confié le verre à un étranger pour qu’il le conserve en lieu sûr, et que le verre se brisa, il est évident que même s’il l’invitait dans le restaurant le plus luxueux pour se faire pardonner, il ne réussira pas à calmer sa colère et il sera obligé de payer une forte somme en compensation.

C’est exactement ce que le Midrash explique ! Le Don de la Thora ne fut pas uniquement un code pénal avec des lois à suivre, mais une véritable alliance fut scellée avec Hachem. Nos interdictions sont plus graves que celles des Nations, car notre proximité avec le Créateur est beaucoup plus grande ! Ainsi, Hakadosh Baroukh Hou Lui-même nous a conseillé et expliqué comment Lui demander pardon en offrant des sacrifices expiatoires !

Mais les nations n’ont pas reçues la Thora et n’ont pas scellé d’alliance avec Hachem. Pourquoi leur pardonnerait-Il si « facilement » ? Ils devront être punis fortement, que leur faute soit volontaire ou non !

Cet aspect nous réjouit et nous fait prendre conscience du bonheur que nous avons d’être les enfants d’Hakadosh Baroukh Hou ! Et de la même façon qu’un enfant veut toujours faire plaisir à ses parents et qu’une femme veut trouver grâce aux yeux de son mari (même si elle n’a rien cassé) en les choyant au maximum, ainsi nous devons nous efforcer de faire plaisir à notre Père qui est dans le Ciel, en lui préparant les « plats » qu’Il aime : encore un Téhilim, encore une heure d’étude de la Thora, encore de la Tsédaka, encore une mitsva !

Laisser un commentaire