Lekh Lekha 5779 n°275

Le Gaon de Vilna

La paracha de la semaine raconte une des dix épreuves qu’a traversées Avraham Avinou : l’exil définitif vers une terre inconnue.

Il est écrit : « Va pour toi [Éloigne-toi] de ton pays, de ton lieu natal et de la maison paternelle, et va au pays que je t’indiquerai » . Rachi explique la redondance étonnante des mots « Va pour toi » : « Pour ton bonheur et pour ton bien. C’est là-bas que je te ferai devenir une grande nation. Ici tu n’auras pas la faveur d’avoir des enfants. Et de plus, je ferai connaître ta nature à travers le monde » .

Avram reçut donc la promesse divine que ce déplacement forcé lui octroiera une récompense énorme : du bonheur, du bien, devenir une grande nation, des enfants …

Comment ceci peut être assimilée à une épreuve ? N’importe qui entendrait Hachem lui parler et lui promettre une énorme récompense accomplirait à coup sûr la volonté divine ! Et pourtant les Sages l’incluent bien dans la liste des dix épreuves !

Le Sfat Émet explique que la véritable épreuve était d’appliquer la parole divine de manière complètement désintéressée, uniquement car Hachem le lui avait demandé, et sans attendre la moindre contrepartie ! En aucun cas, Avram ne l’a fait pour recevoir une récompense infinie !

Cette idée est très fortement sous-entendu dans la Thora, ainsi qu’il est écrit : « Avram partit comme le lui avait dit Hachem » , comme le lui avait dit Hachem et pas pour autre chose ! Ni pour devenir une grande nation, ni pour avoir des enfants !

Pour illustrer cet enseignement, nous pouvons raconter l’histoire du Gaon de Vilna. Une année il y avait une pénurie de étrog et il désirait absolument accomplir la mitsva .Il envoya donc un élève dans une contrée lointaine pour lui acheter un etrog à n’importe quel prix. Après de longues recherches, l’élève trouva enfin un etrog mais le vendeur apprenant qu’il était destiné au Gaon de Vilna n’accepta de le vendre qu’en échange du mérite de l’accomplissement de la mistva par le rav ! L’élève hésita mais devant l’impossibilité de contacter son maître, il acheta le etrog en échange de la récompense de la bénédiction sur le etrog et pas de la mistva elle-même, espérant que le Rav ne lui en voudra pas!

De retour chez son maître , le Gaon répondit qu’il était même prêt à donner la récompense complète de la Mitsva puisqu’il ne sert pas à Hakadosh Baroukh Hou dans l’optique de recevoir une récompense mais uniquement parce qu’Il le lui a demandé !

Laisser un commentaire