Lekh Lekha 5773 – n°22

La Paracha raconte la descente d’Avraham Avinou en Egypte pour vaincre la famine : « Et ce fut lorsqu’il fut proche d’arriver en Egypte, il dit à sa femme Saraï : je savais que tu es une femme belle d’apparence » (Béréchit 13, 11).

Rachi, citant un Midrash, explique pourquoi Avraham ne prit conscience qu’à la descente en Egypte de la beauté de Sarah Iménou : « jusqu’à maintenant, il ne remarqua pas sa beauté, à cause de leur pudeur« .

Cette interprétation est donc à leur éloge. En contresens, le Baal Chem Tov donne une explication différente qui est un blâme à l’encontre d’Avraham.

Il précise que chaque chose qu’un Homme voit dans sa vie influe sur sa Nechama (âme), que ce soit en Bon ou en Mal. Ainsi, « lorsqu’il fut proche d’arriver en Egypte« , Avraham a forcément dû croiser des Egyptiens sur la route. Etant imprégnés de matérialité et d’immoralité, à leur simple vue, il commenca à penser comme eux, et prit soudainement conscience de la beauté extérieure de sa femme !

A notre faible niveau, ceci nous montre à quel point nous devons nous protéger des nombreuses mauvaises influences extérieures, et au contraire, soumettre à nos yeux de bonnes visions, de nos guemarot et de nos rabbanim !

Laisser un commentaire