‘Houkat 5776 – n°201

Imré-EmetQuand le peuple n’avait plus à boire, ils se plaignirent chez Moshé et Aharon en disant : « Nous aurions préféré mourir par la peste plutôt que mourir de soif« . Rachi apprend de là que mourir de soif est pire que mourir de la peste ou d’une épidémie.

Nous devons comprendre en quoi mourir de soif est si cruel ?

L’Admour de Gour, le Imré Emet, explique qu’en effet, il est cruel qu’au moment de quitter ce monde pour rejoindre le Monde Eternel, le Monde de Vérité, l’Homme ne pense qu’à de simples gouttes d’eau, plutôt que de se préparer comme il se doit pour son dernier voyage, s’introspecter, se repentir afin d’arriver dans le Ciel déjà purifié … Quel dommage qu’il ne puisse penser à rien d’autre qu’à de l’eau …

Combien cet enseignement soit-il vrai, le Rav Yaakov Galinski continue ce raisonnement.

Combien de personnes existe t-il, qui grâce à D.ieu, ne sont pas mourantes mais en très bonne santé et avec de longues années devant elles. Mais toutes leurs vies tournent également autour de « quelques gouttes d’eau ». Ils ne meurent pas de soif, mais vivent assoiffées de toutes sortes de désirs : gloutonnerie, boisson, sport, attraction, vacance, promenade … Bien sûr, il ne s’agit pas ici de transgresser des interdits, mais uniquement de remplir sa vie par de la matérialité.

Elles ne laissent pas de place pour un cours de Thora, une prière à la synagogue, de l’étude de Guémara …

Au leu d’être mourants toute notre vie, renforçons nous et abreuvons notre âme de Thora, qui est comparée à l’eau, afin de se préparer pour la vraie vie !

Laisser un commentaire