Ytro 5774 – n°86

Rav Israël Salanter

La paracha de la semaine est au nom de Ytro, le beau père de Moché Rabénou. Il est écrit dans la Thora que Ytro avait testé toutes les idoles existantes sur terre, avant de comprendre qu’Hachem était la seule existence !

Les Sages nous enseignent que Ytro avait passé un « marché » avec Moché Rabénou pour lui donner sa fille Tsipora en mariage. Sur les deux fils qui naîtront (Guèrshom et Eliézèr), le premier sera pour l’idolâtrie (« avoda zara« et le second pour Hakadosh Baroukh Hou.

Moché accepta le « deal » et se maria avec Tsipora. Une question saute aux yeux : comment Moché put-il accepter de sacrifier son fils en le faisant grandir parmi les idoles ??? Les Sages répondent que Ytro ne voulait bien sûr pas apprendre à son petit-fils la avoda zara mais qu’il comptait lui montrer chaque idole une par une, puis luis expliquer pourquoi chacune n’est que mensonge, et pourquoi Hachem est la seule et unique puissance !

A la fin du livre de Choftim (dans les Prophètes), on nous raconte l’histoire du fils de Guershom, qui introduisit des idoles dans le Am Israël et les poussa à faire Avoda Zara ! Incroyable, Moché Rabénou, le plus grand prophète de tous les temps, celui dont Hachem s’exprima à travers sa bouche, qui resta 40 jours et 40 nuits sans manger sur le Sinaï pour recevoir la Thora, le délivreur du peuple, qui faisait régulièrement des miracles surnaturels, eut un petit-fils idolâtre ! Et, en examinant bien la situation, ce n’était pas n’importe lequel, mais le fils de Guershom, qui a lui même grandit entre les idolâtres !

Nous apprenons de là un grand fondement dans l’éducation : les enfants ne sont pas des rats de laboratoire ! Nous ne pouvons pas faire d’expérience sur eux, en argumentant qu’ils doivent « connaître » la vie, et apprendre d’eux même ce qui est bon ou pas ! Nous ne pouvons pas les soumettre à n’importe quelle vision ou situation, en prétextant qu’il vaut mieux qu’ils soient prévenus que c’est mal !

Même les plus grands de ce monde ont trébuché à ce sujet, tels que Moché Rabénou avec son petit-fils idolâtre et plus récemment Rav Israël Lipkin de Salant, qui fonda le mouvement du moussar, le travail des midots (traits de caractères). En effet, son fils et deux de ses élèves ont quitté la Yéchiva où ils auraient dû devenir les Grands de la génération pour aller à l’université, où son fils fut même l’auteur du théorème mathématique de Lipkin ! Malheureusement, le Rav pria toute sa vie pour que son fils ne mange pas tarèf (viande non cachère) et ne transgresse pas le Chabat. Ce dernier mourra d’ailleurs très jeune …

Hachem nous a donné en gage les âmes pures de nos enfants, pour que nous les entretenions et les lui rendions comme des diamants ! Nous ne pouvons pas tergiverser un seul instant ! Qu’Hakadosh Baroukh Hou donne le mérite à chacun d’entre nous de voir nos enfants grandir dans la voie de la Thora et de la crainte du Ciel !

Laisser un commentaire