Michpatim 5774 – n°87

sinaiLa parachat Michpatim nous enseigne de très nombreuses lois, en particulier celles régissant les relations entre les hommes. Elle ouvre avec la phrase « véélé hamichpatim » : « Et voici les lois [que tu leur exposeras]« .

Rachi explique : « Partout où il est écrit : élè (« ceux-ci sont »), le texte implique une rupture avec ce qui précède. Et lorsqu’il est écrit : véélè (« et ceux-ci sont »), il implique un ajout à ce qui précède. De même que ce qui précède a été proclamé au Sinaï, de même « celles-ci » ont-elles été proclamées au Sinaï« .

Que Rachi vient-il nous apprendre de nouveau ? Il est évident que les lois enseignées dans cette paracha (celle de Ben Adam Lahavéro) ont été données au mont Sinaï, comme toute la Thora !

En fait, les Sages nous enseignent à partir de là un grand fondement : « Hachem a observé [c’est -à-dire s’est inspiré] de la Thora et a créé le monde« . Les gens croient que voler n’est pas moral et donc Hachem a créé dans la Thora une interdiction de voler; que l’adultère est immoral et donc c’est pour cela que la Thora l’interdit, …

C’est une erreur : Hachem s’étant inspiré de la Thora pour créer le monde, les gens ont donc fixé à la base de la Thora que ce n »était pas bien ! Si la Thora aurait permis le vol, personne n’aurait trouvé ça immoral !

A ce sujet, on raconte que Reb Haïm de Brisk, lorsqu’il vit pour la première fois le gésier d’un poulet, se mit à danser ! Il s’exprima ainsi : « les lois relatives à la consommation du gésier ne sont pas liées à une quelconque habitude ou réalité, mais sont le reflet de l’intelligence divine, qui décida de les insérer dans la Thora ! »

Ainsi, chaque chose que nous observons n’est que reflet d’Hakadosh Baroukh Hou, et non pas le résultat d’une volonté humaine !

Laisser un commentaire