Nitsavim – Vayélèkh 5773 – n°66

 

bne-brakIl est écrit dans la parachat Nitsavim : “Vous avez vu leurs abominations et leurs immondes idoles, le bois et la pierre; l’argent et l’or déifiés chez eux. Or, il pourrait se trouver parmi vous un homme ou une femme, une famille, une tribu, dont l’esprit, infidèle aujourd’hui déjà à l’Éternel, notre Dieu, se déterminerait à servir les dieux de ces nations“.

Rachi explique 

– “Vous avez vu leurs exécrations (chiqoutséhem) Ainsi nommées car aussi répugnantes que les animaux impurs (cheqatsim)“.

– “Leurs idoles (guilouléhem) Aussi repoussantes et répugnantes qu’un excrément (galal)“.

Une question évidente se pose : comment l’Homme peut-il être attiré par quelque chose de dégoûtant comme un excrément ?

Notre maître le Rav de Brisk explique donc qu’on apprend d’ici qu’une seule mauvaise vision (“Vous avez vu …”) a un impact énorme et influe l’Homme même si la chose qu’il a vu est dégoûtante ! Tout le service divin et la crainte du Ciel sont alors en danger.

Il y a longtemps, un grand érudit vivait à Tel Aviv, et s’efforçait de protéger ses enfants de toute mauvaise vision ou fréquentation. A cet effet, il entoura son jardin de clôtures, le ferma avec un cadenas, accompagna ses enfants lorsqu’ils sortaient dans la rue, afin de les protéger … Cependant, cela lui causait beaucoup d’efforts superflus et le gênait dans son étude. Il conclut donc rapidement qu’il était quasiment impossible d’élever des enfants dans la voie de la Torah dans un tel environnement. Il décida donc de déménager à Bné Brak, où l’atmosphère de pureté et de sainteté conviendra mieux. Quand ses amis furent informés, ils n’acceptèrent pas sa décision, en invoquant le fait qu’il faut se battre pour que Tel Aviv devienne encore plus religieuse, et la dépeupler de ses bons éléments n’était pas la bonne chose à faire.

Cet érudit a donc décidé de monter à Jérusalem interroger notre maître le Briskerov en lui expliquant les deux avis, et il lui répondit : “tu crois vraiment que tu dois quitter Tel Aviv uniquement pour l’éducation de tes enfants ? Pour ton judaïsme et ta Torah tu dois également déménager, afin que tu ne trébuches pas dans de mauvaises visions !“.

Une réflexion au sujet de « Nitsavim – Vayélèkh 5773 – n°66 »

Laisser un commentaire