Ki Tavo 5773 – n°65

Rav Yonathan Eibechits

Il est écrit dans notre paracha : « Hachem t’a glorifié à son tour en te conviant à être son peuple privilégié, … il veut que tu deviennes la première de toutes les nations qu’il a faites, en gloire, en renommée et en dignité« .

Le Baal haTourim cite à ce propos la Guémara (Méguila) : « Hachem couronnera chaque Tsadik, car ils le couronnent eux-même lors de leurs prières. Mais celui qui prononce des paroles profanes à la synagogue, verra son corps entouré de ronces et de pics« .

A priori, il n’y a aucun rapport avec le verset « être la première de toutes les nations ».
En fait, la Thora nous donne ici un enseignement fondamental : la solution pour dominer les nations du monde est de respecter ce « Mikdash Méat« , petit Temple qu’est la synagogue !

En 5408/5409, il y eut en Europe des grands pogroms et beaucoup de sang juif fut versé, sans raison apparente. De grands malheurs se produisirent et la raison de colère divine restait inexplicable. Le Rav Tossfot Yom Tov décida alors de faire une « chéélat ‘halom« , une question dans les rêves, et reçut cette réponse : le décret divin provient des paroles futiles prononcées dans les synagogues ! Il rédigea alors un
Michébérakh spécial pour les personnes se taisant à la Choul.

Il est connu que l’Admour de Gour le Imré Emèt expliqua l’impossibilité des Nazis d’atteindre les juifs d’Afrique du Nord par le fait qu’ils craignaient et respectaient profondément la synagogue !

Rav Yonathan Aybéchitz dans son livre Yéarot Dvach explique également par cette raison la destruction des synagogues de Prague.

Incroyable ! Les plus grandes épreuves sont envoyées à cause de cette faute à priori pas très grave ! En fait, on peut l’expliquer facilement : le fait de parler de choses futiles dans le palais même du Roi et en sa présence, prouve un grand mépris envers le Roi Lui-même !

A notre niveau, vu les dangers qui nous menacent au jour le jour, il convient donc de se renforcer dans ce domaine et de s’abstenir de tous bavardages à la synagogue, par ailleurs très souvent entachés de graves interdictions : Lachon hara, paroles profanes le Chabat, moqueries, …

Laisser un commentaire