Pourim 5778 – n°257

« Rabénou » Guershon Liebmann

En pleine fête de Pourim, essayons d’approfondir un point important de notre histoire.

Le Midrash enseigne que Mordé’haï apprit la raison du décret d’extermination programmée du peuple juif par Elyahou haNavi, qui a désigné à Moshé Rabénou Mordé’haï comme le dernier tsadik du Am Israël.

On peut s’interroger sur la démarche de Mordé’haï. En effet, on aurait pu s’attendre plutôt à ce qu’il rassemble le peuple, leur fasse un dvar thora les implorant de faire téchouva (repentance) pour annuler le mauvais décret, ou encore qu’il essaye d’implorer les ministres ou le roi, qu’il ramasse de l’argent pour les corrompre … Mais non, Mordé’haï ne fit qu’une seule chose : il rassembla 12.000 enfants, les fit jeûner et les vêtît d’habits de deuils, et ensemble ils pleurèrent et prièrent pour la survie du peuple !

Quand Haman les vît, il s’énerva et attacha les enfants avec chaînes en fer et s’exprima : « je tue les enfants en premiers et après je pendrai Mordé’haï ». Contrairement aux nations qui prennent toujours en pitié les enfants lors des conflits, Haman se remplit de haine en les voyant prier et étudier avec leur maître !

Rabénou Guershon Libmann explique que Mordé’haï savait en fait que la délivrance ne pouvait provenir que de l’étude des enfants. Ils sont la source de notre espoir et assurent notre avenir en tant que peuple ! Nous vivons malheureusement dans une époque où les médias essayent de nous faire croire que nous sommes protégés par l’armée, par nos équipements et notre intelligence tactique … L’histoire de Méguila nous enseigne l’inverse : toute notre survie ne tient que sur l’étude des enfants ! Nous devons nous protéger des voies qui s’élèvent malheureusement autour de nous pour restreindre cette étude !

Qu’avec l’aide d’Hachem nous puissions nous renforcer dans l’étude de la Thora et dans son soutien, pas uniquement financier, mais véritablement prendre conscience de son importance fondamentale et de sa dimension supérieure à toute autre valeur !

Laisser un commentaire