Noa’h 5781 – n°335

Rav Méïr Hadash

La paracha raconte le déluge qui s’abattit sur l’humanité, suite à la dégradation des mœurs.

Hachem demanda à Noa’h de rassembler dans l’Arche un mâle et une femelle de chaque espèce impropre à la consommation, afin qu’ils puissent se reproduire et repeupler la terre. Par contre, concernant les espèces pures (autorisées par la Thora à la consommation), il fallait 7 mâles et 7 femelles.

Après avoir anéanti toutes les créatures à la surface de la terre, Hakadosh Baroukh Hou ordonna à Noa’h et à sa famille de sortir de l’Arche.

Noa’h, de son propre chef, décida de construire un autel et d’offrir des sacrifices à Hakadosh Baroukh Hou pour Le remercier. Bien qu’il ne reçut pas de tel ordre, ces sacrifices furent le fruit de sa propre réflexion, ainsi que le rapporte le Midrash cité par Rashi : « Noa’h s’est dit : Si Hakadosh Baroukh Hou m’a ordonné de faire entrer certaines bêtes par sept, ce ne peut être que pour en offrir en sacrifice !« .

Le Rav Méïr ‘Hadash tire de ce Midrash un enseignement fondamental : la grandeur de Noa’h vient du fait qu’il chercha de lui-même à faire plaisir à Hachem, sans attendre une quelconque demande de Sa part !

C’est aussi comme cela entre un homme et son prochain. Si un homme demande à sa femme (et vice-versa) un café, elle cherchera à lui faire plaisir au maximum, en lui servant également un petit gâteau qu’il aime, même s’il ne l’a pas demandé.
Le Messilat Yésharim explique que c’est également ainsi avec Hakadosh Baroukh Hou. Notre rôle est de Le servir au mieux, évidemment en accomplissant les mitsvot qu’Il nous a imposées, mais aussi en agissant de la manière qu’Il aime, en faisant donc plus que le strict minimum, exactement comme Noa’h agît en offrant ses sacrifices.

Laisser un commentaire