Korakh 5774 – n°105

Le Saba de Slabodka
Le Saba de Slabodka

Notre paracha nous enseigne l’histoire de Korakh qui rentra en dispute avec Moché Rabénou en l’accusant de s’être accaparer les  rôles les plus importants dans le Am Israël.

Une des 613 mitsvot est dans notre paracha : « Ne sois pas comme Korakh et son assemblée« . On apprend de là qu‘un homme qui fait une mahloket (une dispute) transgresse cet interdiction de la Thora !!!

Moché Rabénou voulut à tout prix faire le chalom, et essaya de les convaincre de se rétracter, ainsi qu’il est dit : « Moché envoya quérir Datan et Aviram, fils d’Elyiav; mais ils dirent: « Nous n’irons point« .

Rachi explique ainsi : « D’où l’on apprend que l’on ne doit pas s’obstiner dans une querelle , puisque Mochè insistait auprès d’eux afin de les calmer par des paroles conciliantes« .

A priori, on ne comprend pas pourquoi Moché Rabénou devait aller convaincre des mécréants, qui reniaient la Thora et Hakadosh Baroukh Hou.

Le Saba de Slabodka explique qu’on apprend de là qu’on doit tout faire pour calmer et éviter les disputes, même si on n’en est pas du tout responsable !

Ils lui répondirent ainsi : « Même si tu nous fais crever les yeux au cas où nous ne monterons pas vers toi, « nous ne monterons pas ! » » (Rachi). Ils perdirent donc tout repère au point de ne même plus se rendre compte de leurs paroles !

Le Hafets Haïm
Le Hafets Haïm

A ce propos, notre maître le Hafets Haim cite une parabole. Un villageois se disputa avec le maire du village. Emmené par sa colère, il lui dit : « je vais te dénoncer au gouverneur et lui raconter toutes les combines que tu fais ! Une fois rentré à la maison, il raconta tout à son épouse qui le calma ainsi : « arrête ! le maire a épargné notre fils de l’armée par une combine ! » Emporté par sa colère, il lui dit : « notre fils, toi et moi-même iront tous en prison. L’essentiel est que le maire y aille aussi !« .

Ainsi, Korakh a tout perdu. Malheureusement, c’est également ce qui se passe trop souvent avec les personnes qui perdent tout dans leur dispute : leur chalom bayt, leur femme, leurs enfants, leur travail, leurs amis, …

Puissions-nous nous élever au niveau de Moché Rabénou et de tout faire pour éteindre les incendies !!!

Laisser un commentaire