Vayétsé 5776 – n°171

Le Hafets Haïm
Le Hafets Haïm

La paracha nous raconte comment Lavan changea plusieurs fois le salaire de Yaakov Avinou et refusa de laisser partir avec ses femmes et enfants. Ils se mirent d’accord sur son salaire pour toutes les années travaillées chez Lavan, chez qui il multiplia énormément son troupeau. Ils convinrent qu’à partir de cet accord, les bêtes qui naîtraient marquées de points et tachetées appartiendront à Yaakov Avinou.

Il eut la brakha et partit avec un grand troupeau. Rachi cite le Midrach : « Bien que Lavan les eût tous mis à part afin que les brebis ne donnent pas naissance à des petits à leur ressemblance, les anges les amenaient du troupeau confié aux fils de Lavan vers celui détenu par Yaakov« .

Notre maître le Hafets Haïm explique que celui qui arnaque son prochain n’est pas seulement un mécréant, mais il est idiot, car il ne gagnera pas plus que ce qui a déjà été décrété à Roch Hachana. A place de ce qu’il a prit à son prochain, il perdra exactement l’équivalent. Pire, l’argent acquis illégalement provoquera que même son argent propre disparaîtra, ainsi que la Guémara (Soucca 29) l’enseigne : « une des 4 raisons pour lesquelles les biens matériels disparaissent est à cause de ceux qui déplacent leur joug financier sur leurs prochains ».

Comprenons bien qu’il ne s’agit pas uniquement de gagner de l’argent via un canal inapproprié à la place de celui qu’Hachem avait prévu, car l’Homme devra rendre des comptes sur chaque centime (la Guémara de Baba Kama 119 précise même que celui qui vole un centime de son ami est considéré comme s’il l’avait tué) mais aussi car il contraint Hakadosh Baroukh Hou à trouver un moyen de rendre à l’argent à la personne volée.

Nous apprenons cela dans notre paracha. Pourquoi les anges déplacèrent-ils les animaux ? A priori, ils enlevèrent la parnassa promie à Lavan et la donna à Yaakov !?

C’est pour cela que la Thora témoigne au verset suivant : « car j’ai vu tout ce que Lavan t’a fait« . Ainsi, Hachem a rendu son dû à Yaakov.

Citons une parabole pour illustrer cela. Un père de famille sert à ses enfants le repas. Un enfant chipe l’assiette de son frère. Il va se plaindre à son père et lui dit : « j’ai demandé à mon frère de me rendre ma part mais il ne veut pas. Je sais que tu n’aimes pas qu’on se tappe ou qu’on se chamaille. Alors donne moi une autre part à la place stp ». Le père, réjoui, l’embrasse et lui répond : « Tu as de bonnes midot. Ton frère est idiot de t’avaoir pris ta part. La prochaine fois, je te donnerais une double part, et lui n’aura rien ».

Ainsi en est-il de la parnassa. Hachem se charge de distribuer à chacun ce dont il a besoin. Il est notre père et nous sommes Ses enfants. Si nous prenons de nos frères, Hachem se chargera de faire les comptes.

Une réflexion au sujet de « Vayétsé 5776 – n°171 »

Laisser un commentaire