Choftim 5779 – n°299

La Thora nous enseigne cette semaine « tsédèk tsédèk tirdof – La justice, la justice tu poursuivras« .

Le Rav de Brisk

Pourquoi la Thora a t-elle doublé cette injonction ?

Notre maître le ‘Hida enseigne que la double utilisation du mot justice vient nous ordonner de rechercher la justice pour soi-même et pour les autres, c’est-à-dire de se préoccuper que les autres ne se fassent pas arnaquer et que la justice règne dans le monde. La récompense est écrite de manière explicite dans la Thora : « afin que tu vives et que tu hérites de la Terre d’Israël« .

Nous apprenons de là que le « zikouy harabim« , c’est-à-dire la préoccupation d’autrui, qu’elle soit spirituelle ou matérielle est une ségoula pour avoir une longue vie !

La raison est simple. Bien que l’Homme ne soit pas toujours méritant, et à en juger ses propres actions il ne mérite même pas de vivre, mais si d’autres personnes ont besoin et dépendent de lui, Hakadosh Baroukh Hou lui ajoute des années de vie, afin que les autres ne pâtissent pas de ses mauvaises actions.

Ainsi, le Rav Elyahou Lopian conseille – afin de sortir acquitté du jugement de Roch Hachana – de s’occuper du tsibour (collectivité), que ce soit en donnant des cours de Thora, en développant des activités spirituelles, ou même en prenant à sa charge des étudiants de la Thora ou des personnes nécessiteuses. Ainsi, même si notre compte personnel de mitsvot est déficitaire, Hachem nous épargnera.

Une des 13 midot de miséricorde d’Hachem est le Emèt : la vérité. Pourquoi donc est-ce si extraordinaire que notre Créateur nous juge sans mêler de mensonge ? Notre maître le Rav de Brisk explique justement que c’est une grande bonté qu’Hachem nous juge au firmament de la vérité, c’est-à-dire qu’avant de décréter par exemple des souffrances sur l’Homme, Il analyse tout son entourage. Ses parents, enfants, amis méritent-ils de souffrir ? S’il survenait à leurs besoins, peuvent-ils se passer d’eux ? Dans le cas contraire, Hachem ne le punira pas afin de ne pas qu’ils soient punis indirectement !

C’est ce que dit David HaMélèkh : « Michpété Hachem emet tsakou ya’hdav – les jugements d’Hachem sont justes, et sont justes ensemble » !

Laisser un commentaire